aller à la navigation

FIFA approves stricter punishments for racism including possible relegation mai 31 2013

Infos : , ajouter un commentaire

PORT LOUIS, Mauritius - Football clubs face much tougher penalties for serious racist abuse, including being relegated or having points deducted, after FIFA approved sterner punishments at its annual congress Friday following recent problems in Italy and England.

FILE - In this Sunday May 12, 2013, file photo, AC Milan players Kevin Prince Boateng, left, and Mario Balotelli look toward the stands during a stoppage in play in a Serie A soccer match between AC Milan and AS Roma, at Milan's San Siro Stadium. The game was stopped for almost two minutes because of racial abuse by Roma fans towards Balotelli and Boateng. (AP Photo/Lapresse, Davide Spada, File) ITALY OUTThe new regulations say serious or repeat offences by a club or its fans could also lead to a team being banned from a tournament, such as the Champions League.

The measures, which were passed by a 99-per cent majority in a secret ballot of FIFA member countries, also dictate that players or officials found guilty of racist abuse in any game should be banned for at least five matches. The banned player or official will also be prevented from attending any football stadium during that sanction.

“We are doing something now,” FIFA President Sepp Blatter said following the vote and after racism recently re-emerged in football with high-profile cases in Italy.

AC Milan’s Ghanaian player Kevin-Prince Boateng walked off the field during a friendly against a lower-tier team after abuse from fans, while a Serie A match between Milan and Roma was stopped because of racist chanting toward Milan’s black players from Roma fans.

That led FIFA to set up an anti-racism task force under Jeffrey Webb, a FIFA vice-president and the president of CONCACAF, with a mandate to look at stricter sanctions.

After the resolution was passed by FIFA’s congress, it is now up to its 209 member countries to individually apply and enforce it.

UEFA has endorsed a tougher 10-match ban for racist abuse in matches in European competitions, while Liverpool and Uruguay striker Luis Suarez was banned for eight matches by England’s Football Association for racially abusing Manchester United defender Patrice Evra in a Premier League game.

The Canadian Press

Moscow suggests missiles have yet to reach Assad mai 31 2013

Infos : , ajouter un commentaire

By Mariam Karouny and Erika Solomon

BEIRUT (Reuters) - Syrian President Bashar al-Assad said on Thursday Moscow was still committed to sending him advanced anti-aircraft weapons, although a source close to the Russian defense ministry said the missiles had yet to arrive.

The prospect of the missiles arriving is a serious worry for Western and regional countries opposing Assad which have called on Moscow not to send them.

The S-300 missiles would make it far more dangerous for Western countries to impose any future no-fly zone over Syrian air space, and could even be used to shoot down aircraft deep over the air space of neighbors like Israel or Turkey.

The two-year-old civil war, which has killed more than 80,000 people, has reached one of its bloodiest phases with a counter-offensive by Assad’s forces, backed openly by allies from neighboring Lebanon’s Hezbollah Shi’ite militia.

Syrian rebels under siege in Qusair near the Lebanese border pleaded for help on Thursday, warning that the strategic town they are struggling to hold faced total destruction.

With Iran and Hezbollah rallying to Assad’s defense and his Western-backed Syrian opponents mired in squabbles, the president sounded confident of his position.

Speaking to Hezbollah’s al-Manar television, he said he would attend talks in Geneva convened by Washington and Moscow, but expected to keep fighting.

By taking part in peace talks, Syria would effectively be negotiating with its international foes who back the opposition, he said: “When we negotiate with the slave we are actually negotiating with the master.”

Russia, which has supported Assad’s family since the Cold War, says it will send the S-300 missiles in part to help prevent the West from imposing a no-fly zone. A source close to the Defense Ministry in Moscow said the “hardware itself” had not yet arrived, although the contract was being implemented.

A Lebanese newspaper earlier quoted Assad as saying in his al-Manar interview that Moscow had already sent a first shipment of missiles, although when the actual interview was broadcast Assad appeared to stop short of saying the missiles had arrived.

“Everything we have agreed on with Russia will take place, and part of it has already taken place,” he said, without giving further details.

Café : boire 5 tasses par jour favoriserait la prise de poids mai 31 2013

Infos : , ajouter un commentaire

Une étude australienne publiée dans le “Journal of Agricultural and Food Chemistry” assure qu’une trop grande consommation de café augmente le risque d’obésité.

Le débat sur les bienfaits et méfaits du café sur la santé fait rage. Mais une nouvelle étude australienne publiée dans le Journal of Agricultural and Food Chemistry fait cette fois pencher la balance en faveur de ceux qui critiquent la célèbre boisson. Le rapport assure en effet qu’un excès de caféine – soit dès cinq tasses de café par jour – pourrait favoriser les risques de diabète, mais aussi de surpoids voire d’obésité.

Les chercheurs australiens remettent donc en question les précédentes études assurant que le polyphénol, substance présente dans le café, profite aux cellules, notamment en augmentant leur sensibilité à l’insuline, mais également en limitant l’hypertension et en diminuant l’accumulation de gras.

Les scientifiques expliquent ainsi que passé un certain seuil, les bienfaits du polyphénol ne se font plus sentir et s’inversent même. Vance Matthews, co-auteur de l’étude et chercheur au Western Australian Institute for Medical Research, qui assure que “les effets sur la santé du café dépendent de la dose consommée. Jusqu’à trois à quatre tasses par jour, on conserve encore ce côté protecteur contre les maladies cardiovasculaires et le diabète”, met donc en garde contre une surconsommation de la boisson.

Pour arriver à ces conclusions, les chercheurs ont testé l’effet du café sur des souris et se sont rendus compte que lorsque les rongeurs consommaient l’équivalent de cinq à six tasses de café, elles stockaient les graisses plus facilement et arrivaient également moins facilement à réguler l’insuline dans le sang.

atlantique.fr

Cote d’Ivoire: L’eglise dénonce la vengeance, la violence, le repli communautaire et l’exclusion mai 31 2013

Infos : , ajouter un commentaire

537964835fcaee10110711Mgr Paul Siméon Ahouanan Djro

L’injustice, les frustrations, les nominations sur base ethnique, la confiscation des biens, l’exclusion, la violence, la vengeance, etc sont les tares de la société ivoirienne que l’archevêque métropolitain de Bouaké, Mgr Paul Siméon Ahouanan Djro, a dénoncées, hier, à la paroisse Notre Dame de l’Incarnation, à la Riviera Palmeraie, à Abidjan-Cocody, lors de  la messe de clôture, de la 96ème assemblée plénière, de la Conférence des évêques catholiques de Côte d’Ivoire.

«Aucune société ne peut se construire sur la base de l’exclusion, sur la logique de la vengeance, sur des désirs d’affrontement, sur des réflexes de repli communautaire ou politique. Aucune communauté ne peut survivre dans la violence aveugle dont personne ne sort indemne d’ailleurs », a-t-il prévenu. Pour lui, les Ivoiriens sont responsables de leur pays. Il déplore la tendance générale au repli systématique, identitaire autour de l’ethnie, la région, la religion et les partis politiques. « En réalité, nous avons peur les uns des autres, et nous sommes prêts à nous affronter à cause de nos contradictions ou notre diversité. La violence couve dans les cœurs et dans les esprits », a-t-il dénoncé. Il est convaincu que les Ivoiriens n’ont pas tiré les leçons de l’élection présidentielle d’octobre 2010 et des élections locales précédentes. « Qu’en sera-t-il des élections à venir, notamment de celles de 2015 qui se préparent déjà à tous les niveaux ? », s’est-il interrogé. C’est pour cela, Mgr Siméon Ahouanan et les évêques invitent les Ivoiriens à revenir vers le Seigneur en vue de rétablir des relations avec lui en prônant la vérité pour rétablir les liens brisés avec les frères et sœurs. Et que l’Eglise doit être au service de la réconciliation, la justice et la paix en vue d’être un lieu d’unité et de communion. « Travaillons à refaire l’unité là où nous sommes, pour que notre message soit pertinent et crédible aux yeux du monde », a-t-il conseillé.

Par ailleurs, l’archevêque métropolitain de Bouaké a demandé aux femmes de sortir pour que ceux qui divisent la Côte d’Ivoire se cachent en vue de sa libération. « Le jour où vous allez sortir, je vous dirai bonne fête maman », a-t-il promis.
Au terme de l’assemblée plénière, les évêques ont décidé de la création d’une commission pour la nouvelle évangélisation dans le but de travailler à ramener les brebis égarées et l’institution d’une troisième année de philosophie à partir de l’année académique 2013-2014. La 97ème assemblée plénière est prévue, du 13 au 19 janvier 2014, à San Pedro.

Gomon Edmond
Notre Voie

Sénégal: Biens mal acquis - l’Etat recouvre 3 milliards de francs CFA mai 31 2013

Infos : , ajouter un commentaire

Aminata Touré Ministre de la Justice du Sénégal

Le garde des Sceaux, ministre de la justice, Aminata Touré, remet, cet après-midi à 17h, au Building administratif, un chèque de trois milliards à son homologue du Budget, annonce un communiqué parvenu mercredi à l’APS.

“Cette somme, qui provient d’entreprises qui ont accepté de transiger dans le cadre de la traque des biens mal acquis, est destinée à financer la mise en place de l’Agence nationale de sécurité de proximité”, explique la même source.

De fait, la cérémonie verra “la présence du ministre de l’Intérieur”, le général Pathé Seck, selon le ministère de la Justice.

APS

CPI/Procès Laurent Gbagbo: Verdict très attendu après la sortie de l’Union Africaine mai 31 2013

Infos : , ajouter un commentaire

Le verdict de Sylvia de Gurmendi est très attendue actuellement dans les deux camps en Côte d’Ivoire. Mais, après les positions adoptées à Addis-Abeba, il le sera encore davantage sur l’ensemble du continent africain où les opinions divergent profondément sur le dossier. 

D’aucuns trouvent justifié de recourir à un arbitre impartial pour connaître des dérives des dirigeants en Afrique. D’autres, à l’image du Premier ministre éthiopien - dont la sortie, certainement bien mûrie avec des pairs des régions australe et orientale de l’Afrique, partisans d’une auto-détermination du continent noir, est tout sauf un hasard -, y voient un appareil au fonctionnement opaque et brumeux, juste bon pour servir les causes de l’impérialisme contre les Africains et leurs leaders. 

Dans sa défense, les avocats de Laurent Gbagbo n’ont pas hésité à stigmatiser la responsabilité de la France et de l’Occident via l’ONU, dans une politique de ”diabolisation” visant à chasser du pouvoir leur client déchu. Une position qui se rapproche bien de celle défendue par l’actuel président de l’Union africaine et des chefs d’Etat africains qui accusent le CPI de cibler exclusivement le Continent noir. 

La Juridiction internationale, depuis sa création, a, en effet inculpé une trentaine de personnalités dans 8 pays uniquement en Afrique, à la demande de ceux-ci, de l’ONU ou sur une auto-saisine de son procureur. C’est le cas des dossiers ivoirien et kényan. Il faut le noter, déjà dans la soirée du 23 mai dernier, toujours dans la dynamique de la célébration des 50 ans de l’OUA, le Conseil exécutif de l’UA, qui regroupe les ministres des Affaires étrangères des pays membres, a adopté une résolution qui demande à la CPI d’abandonner les poursuites contre les responsables kényans impliqués dans les violences post-électorales de 2007-2008. Parmi lesquels le président nouvellement élu, Uhuru Kenyatta et son adjoint William Ruto. 

Or, la similitude avec le dossier ivoirien commande, en effet, que l’on les traite de la même manière. Du coup, si la CPI devrait suivre la recommandation des dirigeants et abandonner ses charges contre les dirigeants kényans, elle se trouve dans l’obligation de décider la même chose pour la Côte d’Ivoire. Une équation, qui coince les responsables de cette juridiction, vers qui tous les regards sont tournés, notamment à propos du dossier ivoirien actuellement au menu.

Felix D. Bony

l’Inter

Sénégal: Les transports aériens ont augmenté de 4,7% en Afrique en avril mai 31 2013

Infos : , ajouter un commentaire

Dakar — Les transports aériens ont connu une augmentation de 4,7 % du nombre de passagers en avril 2013, en Afrique, par rapport à avril 2012, indique un communiqué de l’Association du transport aérien international (IATA) transmis à l’APS.

“Ce taux vient au deuxième rang parmi les régions. La capacité a augmenté de 3,3 % et le coefficient d’occupation des sièges a atteint 67,8 %, en hausse de 0,9 point de pourcentage”, explique la même source.

“L’Afrique est la seule région qui a connu une augmentation du coefficient d’occupation par rapport à 2012. Tout comme leurs homologues du Moyen-Orient, les compagnies africaines ont enregistré une solide croissance des voyages aériens en raison de l’augmentation soutenue de commerce et de l’expansion rapide de certaines économies locales”, mentionne le texte.

Les statistiques de trafic mondial pour le mois d’avril révèlent “une augmentation de 3,2 % de la demande par rapport à avril 2012. Les marchés émergents demeurent en tête de la croissance des voyages aériens et toutes les régions on réalisé des gains en glissement annuel”.

“La date du congé de Pâques (mars-avril) explique en majeure partie le déclin apparent par rapport aux résultats de mars qui montraient une croissance annuelle de 6,2 %). Le taux désaisonnalisé pour avril traduit une augmentation de la demande de près de 5 %, ce qui est conforme à la tendance à long terme”, explique l’IATA.

Selon le communiqué, l’Asie-Pacifique a enregistré une hausse de 2,4 % par rapport à avril 2012, au moment où l’Europe a connu une croissance de 2,0 % par rapport à avril 2012, en baisse par rapport au taux de 4,5 % observé en mars.

“Le trafic international chez les transporteurs d’Amérique du Nord a diminué de 0,5 % en avril, par rapport à l’année précédente. C’est la seule région à afficher une contraction de la croissance du trafic”, ajoute le texte.

Les transporteurs du Moyen-Orient affichent une croissance annuelle de la demande de 10,9 %, de loin la plus forte parmi toutes les régions, tandis que l’Amérique Latine a connu une augmentation annuelle de la demande de 4,6 %, signale encore l’IATA.

Agence de presse senegalaise

CPI/Procès Laurent Gbagbo: Quand l’Union Africaine fustigie la CPI mai 31 2013

Infos : , ajouter un commentaire

”Un vrai pavé dans la marre”, c’est ainsi que l’on pourrait qualifier la sortie, lundi dernier, du Premier ministre éthiopien, président en exercice de l’Union africaine (UA), lors de la célébration du 50ème anniversaire de l’Organisation de l’unité africaine (OUA).

Comment l'Union africaine coince la CPI sur le dossier Gbagbo

Haîlemariam Desalegn, a donné un véritable coup de pied dans la fourmilière de la Cour Pénale internationale. Le petit-fils d’Haîlé Selassié (Empereur de l’Ethiopie de 1930 à 1974 et ancien dirigeant de l’organisme panafricain), ne s’est point embarrassé de fioriture pour dire haut ce que bien des chefs d’Etat africains penseraient ou murmureraient si bas à propos de la justice internationale basée à la Haye, aux Pays-Bas. 

Haîlemariam Desalegn, du haut de la tribune de l’UA, a craché ouvertement dans la soupe de la CPI en dénonçant une justice à sens unique et ”raciale”, ne ciblant que l’Afrique et ses dirigeants. «Lors de la création de la CPI, l’objectif était d’éviter toutes sortes d’impunités, mais désormais le processus a dégénéré en une sorte de chasse raciale. (…). Les dirigeants africains ne comprennent pas les poursuites contre ces présidents (parlant des deux chefs de l’exécutif kényan sous le coup de la CPI, NDLR), je pense donc que la CPI doit bien voir qu’elle ne devrait pas pourchasser des Africains, (…). 99% des inculpés de la CPI sont Africains, cela montre donc que quelque chose est biaisé au sein du système de la CPI et nous contestons cela». 

Dans ce discours apprécié par bien de ses pairs africains, le président de l’UA, qui s’appuie sur les procédures en cours de cette justice contre les dirigeants kényans, n’évoque pas la situation en Côte d’Ivoire. Cependant, la coïncidence de cette sortie avec la fin de l’échéance attendue pour connaître le verdict de l’audience de confirmation des charges contre l’ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo, encore détenu à la Haye, met la Justice internationale dans un profond embarras. 

Cette justice que le président Soudanais, l’une de ces victimes, qui refusent encore de se rendre, a stigmatisé ouvertement sur une chaîne internationale, comme étant le ”nouveau visage de la colonisation pour terroriser les leaders africains”. C’est dans ce contexte, en effet, que d’ici le lundi 03 juin prochain - date buttoir -, la Juge unique du procès dans l’affaire ”Laurent Gbagbo contre le procureur” portant sur des crimes commis durant la crise post-électorale de décembre 2010 au mois d’avril 2011, devra rendre sa décision.

 

L’Inter

Sénégal - La réciprocité sur les visas inquiète le tourisme mai 31 2013

Infos : , ajouter un commentaire

 Suite à la décision annoncée par l’Etat du Sénégal d’instaurer la réciprocité des visas, la Fédération des organisations patronales de l’industrie touristique (Fopits) et les Syndicats des travailleurs du secteur du tourisme ont exprimé, hier, leurs inquiétudes sur les conséquences de l’application de cette mesure.

A un mois du 1er juillet, date de l’entrée en vigueur de l’application, par le Sénégal, de la réciprocité du visa aux ressortissants des autres pays, les professionnelles du tourisme sonnent l’alerte et attirent l’attention sur l’impact négatif que pourrait entraîner cette mesure. Face à la presse, Mamadou Diallo, vice-président du Fopits, a indiqué que l’instauration du visa constitue un « facteur négatif » pour le développement du tourisme au Sénégal.

« Nous voulons attirer l’attention des autorités du pays et de l’opinion publique sur les conséquences que cette mesure pourrait engendrer en cas de mise en œuvre, dans les domaines économique et social », a prévenu M. Diallo. Soulignant qu’en raison d’un contexte économique international difficile, l’instauration du visa aux touristes hors zone Cedeao va être un frein au développement des flux touristiques vers le Sénégal.

Ce qui se traduirait, selon les membres du Fopits, par une cascade de fermeture d’entreprises et des pertes de milliers d’emplois. Pour Amadou Racine Sy, il existe des signaux troublants par rapport aux ambitions que l’Etat veut donner à notre secteur. « Nous craignons que l’instauration, sans des mesures d’accompagnement, soit en réalité contraire aux intérêts du tourisme », alerte M. Sy.

A son avis, au lieu d’enregistrer une croissance, on risque de connaître une désaffection de la destination Sénégal, qui, déjà, souffre beaucoup. Il a, en outre, plaidé pour le retour de l’Agence nationale de promotion touristique, qui, rappelle-t-il, a été supprimée dans la « précipitation ». « Nous appelons à la création ou à l’instauration d’une agence tout en insistant sur la nécessité d’une gestion paritaire impliquant fortement le secteur privé dans le top management », dit M. Sy.

Selon une étude d’impacts menée par ces professionnels du tourisme, l’instauration du visa va entraîner une baisse prévisionnelle d’environ 35% des flux touristiques vers le Sénégal, soit près de 88, 536 milliards de francs Cfa. Autre conséquence de l’application de cette mesure, c’est le manque à gagner sur les taxes aéroportuaires estimé à 16, 247 milliards de francs Cfa.

Ce qui fait un cumul de 104, 784 milliards de francs Cfa. Par ailleurs, dans l’hypothèse d’une exemption totale du visa aux touristes, l’étude révèle une hausse prévisionnelle de 10%, soit 27 milliards 708 millions 488 391 F Cfa sur les arrivées.

Selon Mamadou Diallo, en misant durablement sur le tourisme, les pouvoirs publics ont encadré et appuyé son développement au cours des décennies écoulées par des mesures fiscales, politiques et économiques décisives qui ont permis l’émergence du Sénégal comme destination touristique sur la scène internationale.

le soleil

Diabète - 1 000 000 d’amputations par an dans le monde mai 31 2013

Infos : , ajouter un commentaire

Le Lancement officiel d’un consortium qui a pour but de lutter contre l’amputation, coordonné par la Fédération Internationale du Diabète est lancé hier dans les murs de l’AMADIA Faravohitra.

« À Madagascar, la principale raison pour laquelle on doit toujours procéder à l’amputation est le diabète», a avancé le Docteur Haja Ramamonjisoa, Directeur des Opérations au sein de l’hôpital AMADIA (Association Malgache contre le Diabète)

En effet, l’AMADIA effectue à peu près 10 amputations ou désarticulations par mois, un chiffre qui fait froid dans le dos. Et au niveau international, ça empire. « L’on enregistre 1 000 000 amputations par an », selon le Dr Haja Ramamonjisoa.

D’après l’OMS, l’on compterait actuellement 371 Millions de diabétiques dans le monde. Et pour le cas de Madagascar, cet organisme onusien avance qu’il existe en moyenne 100 000 diabétiques. Mais selon les statistiques de l’AMADIA, ses membres ne font que 26 000 diabétiques. Ce qui fait qu’il existe dans le pays plus de 70 000 diabétiques non traités. Et selon le Dr Fenomanana Rakotoarisoa, Responsable Communication au sein de l’Association, les principaux blocages qui empêchent le traitement du diabète chez les Malgaches sont la pauvreté et le traditionalisme.

Le cas le plus fréquent est le diabète type II, à 90%. Et le reste est le diabète type I qui se caractérise par l’arrêt total de la production de l’insuline par le pancréas. Et le coût moyen de traitement d’un diabétique type II est de 540 000 Ar par an d’après une analyse de l’OMS, le ministère de tutelle et l’AMADIA. Pour en revenir au programme, Madagascar a été choisi parmi les dix premiers Etats où l’on va commencer le programme en Afrique. Et ce programme qui va durer 3 ans a pour principal objectif de prévenir les amputations des membres inférieurs en Afrique sub-saharien.

midi madagascar



Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 5921 articles | blog Gratuit | Abus?