aller à la navigation

Cote d’Ivoire: Agnès Monnet, officiellement investie nouveau SG du parti de Gbagbo en Côte-d’Ivoire août 26 2014

Infos : , rétrolien

Par Serge Alain Koffi

monnet.jpgAgnès Monnet

L’universitaire Agnès Monnet a été officiellement investie nouvelle secrétaire générale et porte-parole du Front populaire ivoirien (FPI), le parti de l’ancien président Laurent Gbagbo, lors d’une cérémonie de passation de charges avec son prédécesseur Laurent Akoun.

La cérémonie qui conclut un mois de vives dissensions entre les membres du FPI, s’est déroulée à son quartier général, à Cocody (quartier chic à l’est d’Abidjan) sous la supervision du président du parti, Pascal Affi N’guessan et de quelques cadres de la principale formation politique de l’opposition en Côte d’Ivoire.

Dans son allocution, Laurent Akoun, secrétaire général sortant, a assuré avoir servi le FPI “du mieux qu’ (il) a pu’’. “Je suis ouvert et je resterai positif’’, a-t-il poursuivi avant de transmettre les dossiers à son successeur Agnès Monnet à qui il a également souhaité “bon vent’’.

 A la suite de Laurent Akoun, la nouvelle secrétaire générale et porte-parole du FPI, a surtout remercié le président du parti de l’avoir nommée, lui assurant sa “loyauté’’ et sa “disponibilité’’.

Après la signature du procès-verbal sanctionnant la cérémonie de passation de charges, Pascal Affi N’guessan a souligné les “mérites’’ de Agnès Monnet qui “n’est pas arrivé à ce poste par hasard’’.

“Je suis persuadé qu’elle fera la preuve qu’elle mérite sa place’’, a-t-il poursuivi.

Pendant un mois, deux camps en désaccord sur l’orientation de la lutte pour la reconquête du pouvoir, se sont affrontés au sein du FPI. Le premier fait de la libération de l’ancien président « le cœur de la stratégie de lutte » du parti.

Le second camp aspire à s’investir davantage dans le jeu politique et à participer à la présidentielle de 2015 derrière, Pascal Affi N’Guessan, Premier ministre sous Gbagbo de 2000 à 2003.

Si les deux camps ont longtemps coexisté au sein du FPI, la rétrogradation le 4 juillet de Laurent Akoun, alors secrétaire général (deuxième personnage du parti), au rang de 5e vice-président, a fait office de détonateur. Cette décision n’a « nul effet », avait-il protesté lors d’une conférence de presse, quelques jours après.

SKO

Avec Alerte-info.net


Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 5970 articles | blog Gratuit | Abus?