aller à la navigation

Burkina Faso/Gabon: Les vice-champions d’Afrique tombent de haut janvier 18 2015

Infos : , rétrolien

Par Béranger ILBOUDO

can-5.jpgAu moment de valider tout le travail de préparation fait à Nelspruit à l’occasion de leur entrée en scène dans cette 30e édition de la Coupe d’Afrique des nations le samedi 17 janvier au Estadio de Bata, les Etalons ont manqué d’arguments face aux coups de griffes des Panthères. Le duo Aubameyang-Evouna est encore passé par là.

Décidément, les Panthères passent pour être des félins difficiles à dompter par les hommes de Paul Put. Dans un stade acquis à leur cause du fait de la proximité d’avec la Guinée équatoriale, les Gabonais ont encore infligé le même tarif aux Burkinabè comme lors de la manche aller des éliminatoires de cette même compétition à Libreville (2-0).

Ils n’ont aucun respect pour les galons de vice- champions d’Afrique arborés par les Burkinabè. Les Etalons avaient pourtant bien démarré, avec un pressing très fort qui a considérablement gêné les Panthères dans le premier quart. Le problème pour les hommes à Paul Put, c’est qu’ils se sont retrouvés avec un break de retard après avoir connu leur plus gros temps fort du match.

Les lacunes défensives burkinabè, surtout dans l’alignement, ont permis aux attaquants gabonais, bien trop rapides et trop habiles pour le bastion burkinabè, de se gaver durant tout le match. Le duo Aubameyang-Evouna a vampirisé l’admiration, mais le Gabon a montré d’autres arguments.

Sa force dans l’impact physique, incarnée par la solidité d’un autre duo, celui Musavu King-Ecuélé Manga, et l’efficacité de son trio dans l’entre jeu, un secteur dans lequel les Gabonais ont parfaitement exploité leur supériorité numérique, ont également été déterminants dans la démonstration gabonaise.

C’est d’abord l’attaquant du Borussia Dortmund, Pierre Emerick Aubameyang qui profite d’un marquage élastique de la défense burkinabè pour choisir sa manière de crucifier Moussa Germain Sanou (19e). Malick Evouna viendra également se délecter des largesses défensives burkinabè en plaçant une tête imparable pour le dernier rempart burkinabè (72e).

Avec un doublé chacun, Aubameyang et Evouna ont évidemment été les grands artisans du succès des Panthères. Mais cela ne doit pas faire oublier la mainmise du milieu gabonais sur le jeu, incarnée par Frédéric Bulot et Levy Clément Madinda, dominateurs dans la construction comme dans la récupération.

Au Estadio de Bata, Alain Traoré aurait pu signer un coup franc d’anthologie, mais le joueur de Lorient en manque de répère se fera voler la vedette par Moussa Germain Sanou. Malgré les deux buts encaissés, il a été l’auteur de nombreuses parades qui ont évité à la formation burkinabè une humiliation encore plus grande.

Les Etalons sortent de cette rencontre initiale avec une valise pleine de regrets. Les nombreuses occasions vendangées au cours de ce match notamment par le meilleur joueur de la CAN 2013 et meilleur fusil des éliminatoires de cette même compétition, Jonathan Pitroipa et Bertrand Traoré ont fini par plomber les Etalons qui occupent aujourd’hui la dernière place du groupe A après la première journée.

Car dans le même temps, le pays organisateur, la Guinée équatoriale et le Congo ont fait jeu égal (1-1) et sont les poursuivants directs du Gabon.

Si rien n’est encore perdu, les Etalons devront bander davantage les muscles au prochain match face au Nzalang Nacional qui misera sur la ferveur de son public et son enthousiasme à se retrouver alors que ses joueurs avaient déjà la tête ailleurs que cette CAN où ils avaient été disqualifiés.

Les Etalons se sont parlés dans les vestiaires après le match et ont promis de relever la tête. Ont-ils vraiment le choix ? Eux qui étaient arrivés en 2013 sur la pointe des pieds, ne peuvent plus cette fois se cacher. Ils doivent se montrer et avec des arguments valables pour triompher afin d’entrevoir le tour suivant.

Sidwaya quotidien






Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 5970 articles | blog Gratuit | Abus?