aller à la navigation

Gabon: Des ressortissants algériens et leurs familles évacués (MAE) août 30 2016

Infos : , ajouter un commentaire

Photo: Le Pays

(Photo d’archives) - Présence de l’armée française dans une ville africaine.

ALGER - Des ressortissants algériens exerçant dans le domaine pétrolier à Port-Gentil, deuxième ville du Gabon, ont été évacués avec leurs familles, a indiqué jeudi le ministère des Affaires étrangères, précisant suivre “de près” la situation de la communauté algérienne dans ce pays.

A la lumière des évènements survenus au Gabon au lendemain de la proclamation des résultats du scrutin présidentiel du 27 août, les services de l’ambassade d’Algérie dans la capitale gabonaise Libreville, “sont en contact permanent avec les autres membres de notre communauté sur place”, a précis le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

“La cellule de suivi du ministère suit l’évolution de la situation et des mesures ont été prises pour assurer la protection de nos ressortissants et leur apporter toute l’assistance requise”, a-t-on assuré de même source.

 

Côte-d’Ivoire/Soro Guilaume : “Quand je prenais les armes en 2002…” août 26 2016

Infos : , ajouter un commentaire

soro.jpgM. Soro Kigbafori Guillaume, devant un parterre de chefs traditionnels et notables de Dabou, a ouvertement révélé son ambition de devenir dès à présent le futur président de la République de Côte d’Ivoire. Mieux et avec détermination, il souhaite le devenir en succédant à M. Alassane Dramane Ouattara en 2020, et non après cette échéance électorale présidentielle.

Soro Guillaume dénonce le faux débat lié à « sa jeunesse »

Constamment revenu sur cette phrase lors de son discours, Soro Guillaume veut faire comprendre aux irréductibles du Rassemblement Des républicains (RDR) qu’ils cherchent d’autres raisons solides plutôt que de lui rabâcher l’oreille en évoquant sans cesse sa « jeunesse »: « Il y a des mauvaises langues qui disent, en me voyant ici, que ha! Guillaume Soro est trop pressé; il veut devenir président de la République alors qu’il est jeune; il est ceci, il est cela. Eh donc, quand je me battais, je n’étais pas jeune? Quand je prenais les armes en 2002, je les prenais plus jeune que maintenant. Certains ont figé mon âge en croyant que j’ai toujours 30 ans. Mais je n’ai plus 30 ans, » a-t-il tenu à faire savoir aux cadres du RDR qui lui en veulent.

Ce qui remonte plus le président de l’Assemblée Nationale (PAN) de Ouattara, c’est la roublardise par laquelle on veut l’écarter de son si cher destin, lui l’éternel homme de missions particulières : “Je suis de ceux qui considèrent que la politique doit se nourrir d’une dose de valeur. Valeur d’intégrité, de loyauté, de fidélité et de vérité” . Sur ce coup, et ne sachant plus que faire avec et pour le RDR et son mentor, Soro Guillaume s’en remet à Dieu : “Je crois en Dieu” , dit-il tout court.

Pour rappel, depuis ces dernières années, Soro Guillaume reçoit une avalanche de critiques qui assombrissent sa route vers le fauteuil présidentiel. Il vit cette situation comme une profonde ingratitude et rappelle à ses détracteurs qu’ildétient toujours le Nord du pays, des soldats prêts à l’accompagner où il désire et surtout ceci : s’il a pris les armes jeune, c’est qu’il peut être aussi président JEUNE! en succédant impérativement à Alassane Ouattara.

 Source: Afrique-sur7.fr

Gabon: Présidentielle - La dernière ligne droite pour Ali Bongo et Jean Ping août 26 2016

Infos : , ajouter un commentaire

A gauche Ali bongo Ondimba actuel président du Gabon , à droite Jean Ping Candidat aux présidentielles

Au Gabon, c’est la dernière ligne droite avant l’élection présidentielle à un tour unique du samedi 27 août. Les 628 000 électeurs gabonais sont appelés aux urnes pour choisir parmi onze candidats, dont le président sortant Ali Bongo Ondimba et la figure majeure de l’opposition Jean Ping, rallié par trois candidats de l’opposition, dont Guy Nzouba-Ndama et Casimir Oyé Mba. Les candidats jettent leurs dernières forces dans la bataille.

Ali Bongo Ondimba, le président sortant, a conçu un programme de campagne infernal. Fini le costume cravate, place au boubou de campagne, comme l’explique son porte-parole, Alain Claude Bilie By Nze : « Nous aurons des causeries à Libreville mercredi et jeudi. C’est important, parce qu’au-delà des grands meetings, le candidat va également à la rencontre des populations gabonaises dans des formats qui permettent un échange. Ensuite, nous aurons vendredi trois meetings de clôture : Franceville en début de matinée, Port-Gentil en fin de matinée et Libreville en début d’après-midi. »

« Il est hors de question que le Gabon bascule dans la violence »

Alain Claude Bilie By Nze ajoute : « Le candidat Ali [Bongo] propose une démarche de rupture et de changement pour en finir avec le système des privilèges que ces anciens veulent établir, veulent maintenir, et se débarrasser du système pour un nouveau système fondé sur l’égalité des chances, sur une répartition des richesses du pays et sur, en définitive, un Gabon plus moderne, plus juste et plus prospère. Nous travaillons à sa réélection. »

« Cependant, Monsieur Jean Ping a déclaré à plusieurs reprises qu’il ne peut pas perdre cette élection et qu’il n’acceptera pas le résultat des élections. Celui qui n’acceptera pas le résultat des urnes, et bien il devra en répondre. Il est hors de question que le Gabon bascule dans la violence par le fait d’individus qui refuseraient d’accepter le résultat des urnes », conclut le porte-parole d’Ali Bongo.

« Jean Ping, […] désigné par ses pairs pour conduire l’unité de l’opposition »

De son côté, le responsable de la communication du candidat Jean Ping, Jean Gaspard Ntoutoume Ayi, détaille ainsi son programme de campagne pour les trois derniers jours de campagne : « Il a entrepris, accompagné de Casimir Oyé Mba et de Guy Nzouba-Ndama, de visiter toutes les capitales de toutes les provinces du Gabon. Donc, il n’en a oublié aucune, il les a toutes faites. Il en a fait certaines maintenant et il fera celles qui restent à faire, c’est-à-dire que, il va vers l’est du Gabon à Koulamoutou et Lastourville, et il ira à Port-Gentil, à Gamba et Omboué dans le sud-ouest du Gabon. Et il finira en fait sa tournée avec un meeting à Libreville le vendredi après-midi. »

Jean Gaspard Ntoutoume Ayi poursuit : « Le message qu’il veut faire passer à la population, c’est de dire, avec insistance : la population a demandé à l’opposition de se réunir pour délivrer notre pays du régime d’Ali Bongo. La classe politique a réussi à le faire, cela a été une décision courageuse. Jean Ping est celui qui a été désigné par ses pairs pour conduire l’unité de l’opposition. On l’a fait. La population y a répondu massivement si l’on voit le nombre de personnes qui sont présentes à tous les meetings depuis le 16 août. Et ce qu’il dira aux Gabonais, c’est [… ] : allez voter massivement le 27 août, on sait que votre décision est prise. Allez voter et défendons la victoire qui nous est déjà acquise ! »

RFI

Côte-d’Ivoire: «La pétition va permettre de libérer Gbagbo» selon le Prof. Georges-Armand Ouégnin août 25 2016

Infos : , ajouter un commentaire

Professeur titulaire de médecine, chirurgien urologue, ancien ministre du gouvernement Aké N’Gbo, premier vice-président du Rassemblement pour la paix, le progrès et le partage, ancien détenu politique à Boundiali, membre de l’ONG ‘’Solidarité pour Gbagbo’’, Georges-Armand Ouégnin fait partie des cadres non FPI mais restés fidèles à Laurent Gbagbo. Le 22 juin dernier, il était au lancement de la pétition internationale pour la libération de Gbagbo. Il l’avait signée. Aujourd’hui, il se réjouie du succès que connait cette initiative.

prof-ouegnin.jpgProfesseur, vous étiez au lancement de la pétition internationale pour la libération du président Laurent Gbagbo le 22 juin dernier. Deux mois après, quel regard portez-vous sur cette initiative ?

Je constate qu’il y a un réel engouement autour de cette pétition, une grande mobilisation autour de cette pétition. Mobilisation tant en Côte d’Ivoire que dans les pays étrangers. Je suis personnellement très satisfait de cette mobilisation et je puis dire que cette pétition qui est un moyen d’expression démocratique va nous permettre de faire libérer le président Gbagbo. J’en suis encore plus convaincu que cette initiative vient de personnalités d’envergure, le patriarche Bernard B.Dadié, de renommée internationale et qui aujourd’hui a plus de 100 ans , infatigable combattant de la liberté puis l’éminent avocat, Me Kokou Koffigoh, ancien premier ministre du Togo. Ce sont des personnalités éprises de justice, de liberté et de paix. Ils incarnent les valeurs fondamentales de la démocratie et c’est à juste titre qu’ils prennent la tête du combat pour la libération du président Laurent Gbagbo qui est le père de la démocratie en Côte d’Ivoire.

Quelle signification a pour vous la mobilisation constatée autour de cette pétition ?

Avec cette mobilisation, l’opinion publique en Côte d’Ivoire et à l’extérieur se rend compte que
malgré les 5 années de détention, le président Laurent Gbagbo reste ancré dans le cœur de l’immense majorité des Ivoiriens et fait l’objet d’une admiration hors de nos frontières. Le président Laurent Gbagbo n’a pas sa place à la CPI. Il doit revenir en Côte d’Ivoire pour participer à ce processus de réconciliation nationale, parce que les Ivoiriens veulent la réconciliation nationale, ils veulent la paix. Et à l’instar du pasteur Martin Luther King, qui en son temps, a fait le rêve qu’un jour, les Américains, au-delà de leurs clivages politiques et raciaux, finiraient par se donner la main pour bâtir une nation forte. A mon humble niveau, je fais le rêve que le président Laurent Gbagbo revienne en Côte d’Ivoire en artisan de paix tenir les mains des présidents Ouattara, Bédié, Soro et de tous les leaders politiques qui comptent dans ce pays et parler ensemble de paix et de réconciliation. Tous les Ivoiriens aspirent à la paix qui est la deuxième religion de ce pays.

On vous sent très engagé pour la libération du président alors que vous n’êtes pas de son bord politique. Alors qu’est-ce-qui justifie votre engagement ?

Je ne suis pas du parti de Laurent Gbagbo mais le RPP mon parti est un parti fidèle, un parti qui a soutenu le présent Gbagbo tout au long de son combat.

Ensuite, c’est un parti qui partage les mêmes valeurs que celles que le président Gbagbo défend, et je pense que si, aujourd’hui, le président est à La Haye, il n’est pas question pour nous de le laisser tomber. Et la meilleure façon de démontrer notre fidélité au président Gbagbo, c’est de signer cette pétition. La meilleure façon de montrer notre attachement au président Gbagbo, c’est d’adhérer à cette opération. Ainsi, la fidélité, la constance et la loyauté font que, personnellement, je soutiens cette pétition internationale pour la libérationdu président Laurent Gbagbo, pour que la justice puisse triompher. Le président Gbagbo est un homme épris de justice, de paix et de dialogue. Il l’a démontré tout au long de son mandat. Et j’aimerais ajouter pour dire que le président Houphouët Boigny père de la nation de vénéré mémoire aimait à dire que la Côte d’Ivoire était un pays béni de Dieu, parce que rappelons que Félix Houphouët Boigny était un homme de paix et de dialogue, ainsi selon lui, les Ivoiriens ne devraient que parler de paix. Pour moi, les Ivoiriens devraient parler de paix et réconciliation. Et cette paix de cœur et d’esprit, nous la voulons tous, parce que sans cette paix là, nous ne pouvons pas arriver à un développement harmonieux et lumineux de notre pays. Et laissez-moi vous rappeler un fait historique. Nous avons tous que Nelson Mandela au soir de sa vie, a été la personnalité la plus adulée du monde. Pourtant, à un moment de sa vie, il avait été traité de terroriste et de criminel. Ça veut dire que l’histoire lui a donné raison. Et l’histoire est déjà en train de donner raison à Laurent Gbagbo

Interview réalisée par Dan Opéli
Légende : Professeur Georges-Armand Ouégnin, en vrai ami de Gbagbo
signant ici la pétition le 22 juin dernier à l’hôtel Belle Côte.

Madagascar: Meurtre de Français - Touristes et expatriés entre sérénité et choc août 24 2016

Infos : , ajouter un commentaire

madagascar.pngTrois jours après le meurtre de deux jeunes Français à Sainte-Marie, île touristique de l’archipel de Madagascar, la communauté des expatriés est sous le choc. Elle ne comprend toujours pas comment ni pourquoi un tel drame s’est produit.

Les touristes, en revanche, ne semblent pas être perturbés par l’affaire. Ils continuent de remplir les grands hôtels de cet endroit paradisiaque.

Jean est un habitué des vacances à Sainte-Marie. Il vient ici depuis quatre ans. L’idée d’annuler son séjour sur l’île après les événements ne lui a jamais traversé l’esprit : « Malgré les événements, je continue de faire du safari baleine.

Je reste là, il n’y a pas de raison de s’en aller non plus. Je n’ai pas spécialement peur. Simplement, il y a des précautions à prendre quand on est touriste. »

Mais pour les ressortissants français expatriés, l’ambiance n’est pas à la fête. Monique, une résidente de l’île, est atterrée. « Les Saint-Mariens, le village au sein duquel je vis, les autres Vazahas, on est tous sidérés.

Personne ne comprend. On est super triste. C’était des jeunes écovolontaires pleins de vie. Cela casse quelque chose, bien sûr que cela casse quelque chose », soupire-t-elle.

Une marche silencieuse, en hommage aux deux victimes, était prévue ce mercredi 24 août 2016 dans les rues de l’île. Tous les habitants ont été conviés à y participer pour montrer leur solidarité.

RFI

Afrique: L’Afrique récolte 5% des médailles août 23 2016

Infos : , ajouter un commentaire

Photo: L’Observateur Paalga

Des médaillés africains aux JO de Rio 2016

Par Ahmadou Bamba Kassé

(APS) - L’Afrique a récolté, à l’issue des Jeux olympiques de Rio, une moisson estimée à 5% du total des médailles distribuées, selon le classement final des médailles olympiques, où les Etats Unis trônent en tête des nations les plus sportives avec une moisson de 129 médailles.

Les Etats-Unis d’Amérique sont premiers du classement, suivis de la Chine (70 médailles) et de la Grande-Bretagne avec un cumul de 66 médailles.

Le Brésil, pays hôte de l’événement, se retrouve à la 13e place du classement général avec 18 médailles. Onze pays africains ont pu décrocher au moins une médaille, dont le Kenya, première nation africaine à Rio, avec un total de 13 médailles, dont six en or, six en argent et une de bronze.

Dans ce classement, sur tous les 206 pays participants aux

JO (11.402 athlètes), les 78 se retrouvent dans le classement avec au moins 21 pays qui rentrent avec une médaille. L’Afrique de l’Ouest, zone Cedeao, cumule avec la Côte d’Ivoire (2), le Niger (1) et le Nigeria (1) quatre médailles dont une en or, remportée par le taekwondo ivoirien.

Ce classement ne prend pas en compte la dernière épreuve des JO, le marathon homme remporté par le Kenyan Eliud Kiptchoge, suivi de l’Ethiopien Feyisa Lilesa et de l’Américains Galen Rupp. Les médailles de cette épreuve ne sont pas encore distribuées, parce que pas encore validés techniquement, mais porteraient le total des Usa à 130, celui des Kenyans à 14, les Ethiopiens se retrouvant avec un total de 9.

 

Cote d’Ivoire: Charles Konan Banny rencontre Bedie août 22 2016

Infos : , ajouter un commentaire

L’on pourrait voir les jours à venir, un Charles Konan Banny très engagé pour le plus vieux parti politique de Côte d’Ivoire. Le parti dont il est issu avant de lui donner dos lors de la présidentielle 2015 ou Charles Banny a porté la bannière d’un parti indépendant avant d’annoncer à quelques heures des échéances, son retrait de la course.

Côte d’Ivoire, Politique/ Charles Konan Banny - Henri Konan Bédié : Quelque chose s’est passé !L’ancien premier ministre a effet refusé se plier au mot d’ordre du président Bédié qui invitait tous ses militants à faire front autour du RHDP pour la candidature unique de Alassane Ouattara. Une formation politique d’alliance entre le Pdci, le Rdr et plusieurs autres partis. Le refus de Charles Konan Banny a été mal apprécié et cela lui a valu d’être isolé du Pdci pour une bonne période.

L’eau ayant coulé sous le pont, les dissensions se seraient un tout petit peu dissipées. C’est alors que l’ancien gouverneur de la Beceao décide de se rapprocher de sa grande famille politique et cela passe par Henry Konan Bédié.

Mais selon les indiscrètions, la visite de Charles Konan Banny à son aîné Bédié répondait à deux faits majeurs. Premierement, Charles Konan Banny ayant été absent pour des contraintes indépendantes de sa volonté aux obsèques de feue la soeur aînée d’Henry Konan Bédié, il a souhaité rattraper cette absence et présenter de vives voix ses condoléances au président du Pdci.

La deuxième raison est liée à la vie politique et aux grands défis qui attendent le parti. A leur rencontre, les deux hommes ont donc surfé sur les différents enjeux ç venir. Mais avant le président Bédié aurait accepté d’oublier le malentendu qui est né entre Banny et lui. De son côté, Charles Konan Banny aurait lui aussi décidé de fumer le calumet de la paix avec Henry Konan Bédié. Désormais les hommes ténors du Pdci, veulent regarder dans la même direction. Pourvu que ça dure…

Ange T. Blaise

imatin.net

Cote d’Ivoire: “La société ivoirienne n’est toujours pas apaisée malgré les multiples initiatives de paix” (Fondation Houphouët Boigny) août 22 2016

Infos : , ajouter un commentaire

Le secrétaire général de la Fondation Félix Houphouët Boigny pour la recherche de la paix de Yamoussoukro (Centre de la Côte d’Ivoire), Pr Jean-Noël Loukou, a affirmé jeudi que “la société ivoirienne n’est toujours pas apaisée malgré les multiples initiatives de paix” engagées dans le pays, lors d’un atelier dans la capitale politique. 
  

“Malgré les multiples initiatives des institutions comme la Commission dialogue vérité réconciliation (CDVR), celle de l’indemnisation des victimes (CONARIV), du Programme national de cohésion sociale (PNCS), du ministère de solidarité, de la cohésion sociale et de l’indemnisation des victimes, la société ivoirienne n’est toujours pas apaisée, et réconciliée”, a déploré M. Loukou. 
  

“Notre pays peine à retrouver la paix, éprouvé par plus une décennie de crises, de violences et de déchirements qui ont fait des ivoiriens des êtres belliqueux et violents. Des violences récurrentes dans les villes comme dans les campagnes, dans les gares, sur les campus”, a-t-il poursuivi, appelant la population ivoirienne a “toujours cultiver la paix et respecter les droits de l’homme”. 
  

Pour M. Loukou qui a tenu ces propos lors de la 2ème édition de l’université de vacance du Comité ivoirien des droits de l’homme (CIDH), “les ivoiriens doivent retourner aux fondamentaux de tolérance qui ont fait la Côte d’Ivoire, si nous voulons avoir la paix”.

 Autre Source 

Côte-d’Ivoire réconciliation: Alpha Blondy jette t-il l’éponge ? août 17 2016

Infos : , ajouter un commentaire

Par Afrique-sur7.fr

alpha1.jpgAlpha Blondy a décidé de garder désormais le silence sur la situation sociopolitique en Côte d’Ivoire. C’est que la reggae star ivoirienne se dit exaspérée de la tournure des évènements dans son pays. Certaines de ses initiatives dans le sens d’une vraie réconciliation nationale n’ont nullement produit l’effet escompté. Est-ce un aveu d’impuissance de sa part ?

Alpha Blondy, bouche cousue face à la grogne sociale ?

Alpha Blondy ne voudrait désormais plus se mêler, du moins publiquement, de la situation qui prévaut en Eburnie. En effet, lors d’un entretien qu’il a accordé depuis New York (États-Unis), la megastar africaine a été formelle : « J’ai décidé de ne plus en parler dans une interview . J’ai déjà fait des choses sur ma page Facebook, je m’en tiens à ça. Je n’ai plus rien à dire. » Toutefois, l’écho du silence voulu par le porte-flambeau des artistes ivoiriens se veut des plus assourdissants. Car il avait annoncé, depuis l’esplanade de la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye, lors d’une tournée européenne, que des tractations étaient en cours pour une « libération imminente » de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé.

Il aurait également insisté auprès d’Alassane Ouattara pour obtenir la libération de « son frère Laurent Gbagbo ».

Que sont donc devenues toutes ces initiatives pour une décrispation du climat social ivoirien et surtout une réconciliation nationale réussie pour que Jagger décide de rester bouche B ? À rebours de cette position, quelque peu controversée, d’autres artistes veulent se faire entendre de plus belle. C’est le cas de Tiken Jah Fakoly qui a décidé de dénoncer « le rêve utopique » dans lequel les actuels dirigeants ont emprisonné les Ivoiriens. Le descendant des Fakoly entend porter, comme à son habitude, la voix des sans-voix dans son single «Utopie ».

La grogne sociale qui a secoué certaines villes du pays, la tension entre étudiants et policiers à l’université FHB, la réconciliation nationale en berne, la lutte de succession qui fait rage au sommet du pouvoir… sont autant de sujets qui ne pourraient laisser indifférent un éveilleur de conscience. Et pourtant Alpha Blondy…

Politique: Stephane Kipre dans les rues de Paris: Ce qu’il y fait août 16 2016

Infos : , ajouter un commentaire

sk.jpg

Libération de Gbagbo, Stéphane Kipré dans les rues françaises pour faire «triompher la vérité»

Les partisans deLaurent Gbagbo utilisent les voies et moyens afin d’obtenir sa libération.

C’est le cas de son gendre, Stéphane Kipré qui parcourt les rues françaises afin de recueillir plusieurs signatures, pour la pétition lancée par l’ex premier ministre Togolais, Joseph Koffigoh et l’écrivain Bernard Blin Dadié.

Il était ce week-end àNantes dans l’ouest de la France et selon lui sa démarche viserait à faire triompher la vérité.

« Je suis heureux d’avoir participé ce jour avec la délégation de l’Union des Nouvelles Générations de Nantes  à faire signer lapétition qui réclame la libération du président Gbagbo et de tous les détenus politiques. Toute victoire que nous remporterons sera la conséquence de notre engagement alors continuons de nous battre pour faire triompher la vérité », a indiqué le président de l’Union des Nouvelles Générations UNG).

Laurent Gbagbo et son bras droit Charles Blé Goudé sont détenus à la Cour Pénale Internationale où à lieu depuis janvier dernier leur procès.

Ils sont suspectés de crime de sang et contre l’humanité lors de la crise post-electorale de 2011, qui aurait fait selon l’ONU plus de 3000 morts.

Donatien Kautcha, Abidjan

koaci



Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 5908 articles | blog Gratuit | Abus?